"...don't be stuck in the every day reality, allow yourself to dream, have faith in your wildest dreams." [AaRON]

"Ne restez pas scotchés à la réalité quotidenne. Permettez-vous de rêver. Croyez en vos rêves les plus fous..." [AaRON]

dimanche 23 février 2014

GERMAINE TILLION VA ENTRER AU PANTHEON



 Le président de la république, François Hollande, a annoncé, le 21 février 2014, l'entrée au Panthéon de quatre grandes personnalités de la Résistance, deux hommes (Jean Zay et Pierre Brossolette) et deux femmes (Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz) qui étaient chères à mon coeur. J'ai bien connu Germaine Tillion puisque, entre 1976 et 1979, elle a été mon directeur de thèse à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et que nous sommes restés amis jusqu'à son décès en 2008. Elle m'avait souvent  parlé de Geneviève de Gaulle, la nièce du général de Gaulle, qui fut son amie et sa compagne de déportation à Ravensbrück.

 « De la Résistance à l'Algérie: Germaine Tillion (1907-2008) aura été des grands combats du XXe siècle. Pionnière de l'ethnologie française, elle mène ses recherches en Algérie, dans les Aurès. Lorsqu'elle rentre en France, en 1940, elle découvre Paris occupé. Depuis le Musée de l'homme où elle travaille, elle participe à la création du premier réseau de résistance. Elle coordonne, avec l'aide du résistant Paul Hauet, l'activité des groupes en région, organise des évasions de prisonniers. Dénoncée en 1942, elle est déportée à Ravensbrück avec sa mère, qui sera gazée en 1945. Germaine Tillion a 38 ans : elle observe le camp en ethnographe, demande à ses camarades de lui rapporter des informations, leur fait des conférences sur la logique du système concentrationnaire, qu'elle comprend peu à peu. Elle publiera ses observations dès 1946.

La connaissance est un engagement et une évasion, car lorsque vous n'avez plus rien, seule la raison humaine peut vous empêcher de sombrer», dit-elle. Cachée dans des cartons, elle écrit en 1944, l'année où Geneviève de Gaulle arrive à son tour à Ravensbrück, une opérette sur le quotidien des camps, Le Verfügbar aux Enfers, dont elle chante les airs à ses compagnes : «J'ai écrit une chose comique, parce que je pense que le rire, même dans les situations les plus tragiques, est un élément vivifiant. Que reste-t-il quand il ne reste plus rien à opposer à la barbarie? Le rire. On peut rire jusqu'à la dernière minute», estimait-elle.

En 1954, elle est l'autorité morale que François Mitterrand, alors ministre de l'Intérieur, envoie étudier la situation en Algérie. Elle sert d'intermédiaire entre le régime gaulliste et le FLN. De retour en France, après la bataille d'Alger, elle dénonce la torture, sans embrasser une position antifrançaise : elle refuse de se laisser embrigader dans un parti ou un autre. Elle finit sa carrière comme directrice de recherches à l'École pratique des hautes études, où elle enseignera jusqu'en 1980. En 2007, à l'initiative de son directeur, Jean-Luc Choplin, le Châtelet remontait devant une Geneviève Tillion enthousiaste Le Verfügbar aux Enfers. Il sera aussi donné à Ravensbrück, en 2010, pour le 65e anniversaire de la libération du camp. » [Extrait de l'article "Quatre grands noms de la Résistance vont faire leur entrée au Panthéon", Le Figaro.fr,21/02/2014]

Qu'aurait pensé Germaine Tillion de ces honneurs posthumes ? Je ne sais pas. C'était une femme simple, d'une grande modestie. Un jour, alors que j'étais allée la voir dans le petit appartement bourré de livres et de documents qu'elle habitait à Saint-Mandé, le temps sur Paris était terrible, il avait neigé et la neige était devenue une immonde gadoue. J'arrivai chez elle complètement trempé. Comme nous étions aux alentours de Noël, j'avais eu l'idée lumineuse d'apporter avec moi un Christmas pudding, acheté quelques heures plus tôt à St. Germain-en-Laye où j'étais logé chez mon ami Michel Rouvière. Et, ce que j'ignorais, c'est que ce genre de gâteau traditionnel anglais doit être ouvert plusieurs heures à l'avance avant d'être consommé et qu'il nécessite toute une préparation. Comme je n'avais pas ces quelques heures (je devais reprendre le train le soir même pour l'Ardèche), elle me proposa de partager avec elle un whisky "pour me réchauffer". Réchauffé, je l'étais. Lorsque, après une discussion à bâtons rompus sur les sloughis (lévriers que l'on trouve depuis l'Egypte jusqu'aux Iles Canaries), je repartis, je titubais un peu et je faillis bien m'étaler en redescendant les escaliers verglacés qui menaient au métro. Je ne peux me souvenir d'elle que comme cela : simple, chaleureuse, sans chichis, proposant à son étudiant crotté et gelé un verre de whisky "pour le réchauffer". 

Chère Germaine Tillion, je crois ne pas trop m'avancer en estimant que cet hommage posthume ne vous aurait pas trop réjoui et que, sans doute, vous vous seriez un peu moquée en votre fort intérieur tant les honneurs vous indifféraient mais, vous l'auriez tout de même accepté, car vous respectiez infiniment nos institutions.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous remercions de vos commentaires mais nous vous indiquons que, sur ce blog les commentaires reçus sont automatiquement modérés et que seront systématiquement supprimés tous propos de caractère injurieux, violent, raciste, à caractère sexuel ou attentatoire aux bonnes moeurs. Merci de votre compréhension.