"...don't be stuck in the every day reality, allow yourself to dream, have faith in your wildest dreams." [AaRON]

"Ne restez pas scotchés à la réalité quotidenne. Permettez-vous de rêver. Croyez en vos rêves les plus fous..." [AaRON]

samedi 29 septembre 2018

COUP DE COEUR MUSICAL : LP - Lost on you



Vous avez déjà forcément entendu cette chanson et la voix éraillée et difficilement classable de cette chanteuse (car oui, c’est une chanteuse et non un chanteur malgré son look androgyne). Elle se fait appeler LP, mais son vrai nom est Laura Pergolizzi  D’origine italienne, elle est née en 1981 à Long Island dans l'État de New York. Elle a commencé à chanter à l’âge de 15 ans dans le bar où elle travaillait pour gagner sa vie après la mort de sa mère. En vingt ans, elle a sorti trois albums solo (2001-2004 et 2014) qui n’ont pas rencontré le succès. Elle a eu plus de chance avec ses compositions pour Rihanna, Christina Aguilera et les Backstreet Boys. Le succès lui est venu tout récemment avec le titre Lost on you qui figure sur son maxi intitulé Death Valey, sorti en 2016. Après son premier concert à Paris, au Café de la danse, elle rencontre Mylène Farmer qui lui a proposé d’enregistrer une chanson avec elle.

Lost on you (Est-ce que tout est foutu ?)

When you get older, plainer, saner
Quand tu seras plus vieux, plus mur plus réfléchi.
Will you remember all the danger we came from?
Te rappelleras-tu tous les dangers que nous avons courus ?
Burning like embers, falling, tender
Brûlant comme la braise, chutant, tendres,
Longing for the days of no surrender
Regrettant les jours où nous ne lâchions rien
Years ago
Il y a des années
And will you know
Et va savoir…

So smoke 'em if you got 'em
Fume-les donc si tu assumes
Cause it's going down
Parce qu'elles t’entraînent à ta perte
All I ever wanted was you
Tout ce que j’ai toujours voulu c’est toi
I'll never get to heaven
Je n’atteindrai jamais le ciel
Cause I don't know how
Car je ne sais pas comment faire
Let's raise a glass
Levons un verre
Or two
ou deux

To all the things I've lost on you
A tout ce que j’ai raté
Tell me are they lost on you?
Dis-moi, si pour toi c’est foutu
Just that you could cut me loose
Tu pourrais me laisser tomber
After everything I've lost on you
Après tout ce que je t’ai fait 

Is that lost on you
Est-ce foutu pour toi ?
Is that lost on you?
Est-ce foutu pour toi ?
Baby, Is that lost on you?
Bébé, est ce que c’est foutu ?
Is that lost on you?
Est-ce foutu pour toi ?

Wishin' I could see the machinations
Je voudrais comprendre les machinations
Understand the toil of expectations
Comprendre la difficulté des attentes
In your mind
De ton esprit

Hold me like you never lost your patience
Serre-moi comme si tu n'avais jamais perdu patience
Tell me that you love me more than hate me all the time
Dis-moi que tu m’aimes plus que tu ne me hais
And you're still mine
Et que tu es toujours à moi

So smoke 'em if you got 'em
Fume-les donc si tu assumes
Cause it's going down
Parce qu'elles t’entraînent à ta perte
All I ever wanted was you
Tout ce que j’ai voulu c’est toi
Let's take a drink of heaven
Levons notre verre et saluons le ciel
Cause this can turn around
Car le vent peut tourner
Let's raise a glass
Levons un verre
Or two
Ou deux

To all the things I've lost on you
À tout ce que j’ai raté
Tell me are they lost on you?
Dis-moi si pour toi c’est foutu
Just that you could cut me loose
Tu pourrais me laisser tomber
After everything I've lost on you
Après tout ce que je t’ai fait
Is that lost on you?
Est-ce foutu pour toi ?
Is that lost on you?
Est-ce foutu pour toi ?
Baby, is that lost on you?
Bébé, est-ce foutu pour toi?
Is that lost on you?
Est-ce foutu pour toi ?

Let's raise a glass
Levons un verre
Or two
Ou deux
To all the things I've lost on you
À tout ce que j’ai raté
Tell me are they lost on you?
Dis-moi, est-ce foutu pour toi ?
Just that you could cut me loose
Tu pourrais me laisser tomber
After everything I've lost on you
Après tout ce que je t'ai fait
Is that lost on you?
Est-ce foutu pour toi ?
Is that lost on you?
Est-ce foutu pour toi ?


[Essai de traduction par Roland Comte]

lundi 10 septembre 2018

COUP DE COEUR MUSICAL : G. CLARK "WHIRLWIND OF RUBBISH"


WHIRLWIND OF RUBBISH by Gavin CLARK

When, when, when will we meet?
Quand, quand, quand nous rencontrerons-nous ?
When I'm outside the station
Quand je suis hors de la gare
A whirlwind of rubbish round my feet
Un tourbillon de déchets vint entourer mes pieds
When, when, when will you come?
Quand, quand, quand viendras-tu ?
With an army around you
Entourée d’une armée
Will I turn on my toes, will I run?
Tournerai-je les talons, est-ce que je m’enfuirai ?

Will you strip the branches from the trees?
Dénuderas-tu les branches des arbres ?
For me... for me... for me
Pour moi, pour moi, pour moi
The old life is over
Le vieux monde est fini
The old life is over
Le vieux monde est fini

When, when, when will we meet?
Quand, quand, quand nous rencontrerons-nous ?
Will you turn round and face me?
Te retourneras-tu pour me faire face ?
The ship fallen far from it's fleet
Le navire a été entraîné loin de sa flotte
When, when, when will you come?
Quand, quand, quand viendras-tu ?
With a handful of sky,
Avec une poignée emplie de ciel
paper thin moon on your tongue.
Papier de soie, lune, sur ta langue

Will you strip, the branches from the trees?
For me... for me... for me
The old life is over
The old life is over

Gavin Clark, le chanteur qui interprète ce magnifique texte, est décédé brutalement en 2015, à l’âge de 46 ans. La chanson Whirlwind of Rubbish apparaît sur son dernier LP intitulé Evangelist. Je l’ai découvert grâce à la série Lucifer (Saison 2 - épisode 5)

mardi 7 août 2018

LA COLERE


"La colère est une force puissante qui peut faire 
progresser le monde."

Alanis Morissette, chanteuse. 


vendredi 3 août 2018

RAIGN - Knocking On Heavens Door

 

Knockin’ on heaven’s door 

Mama take this badge from me
Maman m’a enlevé mon étoile (de shérif)
I can't use it anymore 
Elle ne me sert plus à rien désormais
It's getting dark too dark to see 
Il commence à faire sombre, trop sombre pour y voir
Feels like I'm knockin' on heaven's door
C’est comme si je tapais à la porte du ciel
Knock-knock-knockin' on heaven's door
Tapais à la porte du ciel
Knock-knock-knockin' on heaven's door
Tapais à la porte du ciel
Knock-knock-knockin' on heaven's door, eh yeah
Tapais à la porte du ciel 

Mama put my guns in the ground 
Maman a posé mes revolvers à terre
I can't shoot them anymore
Je ne pourrai plus jamais tuer personne
That cold black cloud is comin' down
Ce froid nuage noir descend sur la terre
Feels like I'm knockin' on heaven's door
C’est comme si je tapais à la porte du ciel
Knock-knock-knockin' on heaven's door
Tapais à la porte du ciel
Knock-knock-knockin' on heaven's door
Tapais à la porte du ciel
Knock-knock-knockin' on heaven's door 
Tapais à la porte du ciel
Knock-knock-knockin' on heaven's door
Tapais à la porte du ciel

Knockin' on Heaven's Door est une chanson écrite par Bob Dylan. Elle est parue en 1973 sur l'album Pat Garrett and Billy the Kid, bande originale du film du même nom, réalisé par Sam Peckinpah, dans lequel Bob Dylan interprète un personnage énigmatique, « Alias ». La chanson s’entend dans le film au moment de la mort du shérif (d'où le sens des paroles, le « badge » désignant en fait l'étoile du shérif).

Le refrain Knock-knock-knockin' on Heaven's Door est repris quatre fois. Sur scène, Bob Dylan a souvent joué le morceau de façon différente de la version studio, notamment dans les albums suivants : Before the Flood, The 30th Anniversary Concert Celebration et MTV Unplugged. Depuis, la chanson a été reprise et réinterprétée un grand nombre d'artistes ou de groupes et servi à illustrer des films, des séries TV (dont The vampire diaries, Supernatural, Les 100, Lucifer, etc. J’ai entendu cette chanson interprétée par RAIGN dans un épisode de la série de science-fiction Alerte Contagion (Containment), dans l’épisode où Jake brûle les cadavres des victimes de l’épidémie dans le crématorium. J’ai trouvé que l’interprétation qu’en faisait la chanteuse anglaise RAIGN était particulièrement réussie et émouvante. Je n'ai malheureusement trouvé aucun clip correspondant pour l'illustrer ici.

samedi 21 juillet 2018

2CELLOS - I Will Wait [OFFICIAL VIDEO]



Tu es bien sur le blog personnel de Roland. Je te souhaite la bienvenue. Welcome on Roland Comte's personal blog. I wish you a good visit. Bienvenido sobre el blogo de Roland. Me alegro de tu visita !

Jackie Quartz - Juste Une Mise Au Point



Tu es bien sur le blog personnel de Roland. Je te souhaite la bienvenue. Welcome on Roland Comte's personal blog. I wish you a good visit. Bienvenido sobre el blogo de Roland. Me alegro de tu visita !

vendredi 20 juillet 2018

Nino Ferrer : Le Sud - 1975



Tu es bien sur le blog personnel de Roland. Je te souhaite la bienvenue. Welcome on Roland Comte's personal blog. I wish you a good visit. Bienvenido sobre el blogo de Roland. Me alegro de tu visita !

mardi 10 juillet 2018

LE RIRE DES DIEUX



Ephèbe d'Anticythère

Tout est parti d^'un rêve que j'ai fait en octobre 2016. Depuis de nombreuses années, je transcris mes rêves les plus marquants et j'en arrive actuellement à plusieurs centaines. Parmi les derniers, j'en ai noté un que j'ai intitulé "Le rire des dieux". Le rêve, en fait, se résume à cette phrase écrite dans la nuit sur un des cahiers qui ne quitte pas la tête de mon lit. Comme ce n'était pas à proprement parler un rêve, je n'avais pas jugé utile de le transcrire dans le classeur qui leur est réservé. Mais comme je n'arrivais pas à me sortir cette phrase de la tête, j'ai fini par taper cette phrase sur internet et j'ai trouvé pas mal de pistes. Plusieurs livres empruntent ce titre... C'est aussi celui d'une conférence faite par un philosophe, un discours prononcé par Milan Kundera à l'occasion de la remise d'un prix, etc. J'ai trouvé aussi un court texte de Colette Estin, intitulé "Le rire des dieux d'Homère", publié dans le très sérieux Bulletin de l'association Guillaume Budé (n°1, mars 1984) :

"Là-haut, sur l'Olympe inaccessible, dont l'éther, déployé sans nuages, couronne le sommet d'une blanche clarté, loin de toute secousse, très très loin du Tartare, les dieux sont réunis en famille. Derrière les portes gardées par les Heures, ils ferment leurs oreilles aux clameurs des hommes. Ils n'ont pas envie aujourd'hui d'inspirer leurs favoris ni de punir les impertinents. Oubliées sont pour l'instant les jalousies et les rancunes, les querelles de préséance et les chicanes de protocole, suspendus les ruses de guerre et les complots politiques. Pas même un caprice. Et pour fêter cette journée de vacances, ils se sont conviés les uns et les autres à un grand banquet où tous sont égaux. 

On ne sent pas le fumet des hécatombes, mais le parfum de l'ambroisie; le nectar rouge luit doucement. Ils sont au grand complet, sortis chacun de son palais, pour se retrouver sur le parvis d'or (...) Les fronts sont sereins. N'ayant pas qui effrayer, ils ne crient pas, mais devisent paisiblement et Apollon fait résonner sa cithare pour la joie de tous. Zeus a déposé son sceptre et sa foudre. Il trône au-dessus de tous, mais ses yeux brillants n'ont en ce moment qu'indulgence pour les déesses aux bras blancs et aux mouvements gracieux, pour les dieux au corps resplendissant d'huile immortelle.  

A l'abri de la peine, le temps mis entre parenthèses, un peu las peut-être de voir les humains trop leur ressembler, les Olympiens sont satisfaits pour quelques heures de leur exclusive compagnie (...) Ils se contentent d'être heureux et beaux (...) 

***
En bas. La terre. Un petit homme se réveille en maugréant. Il se sentait si bien, là-haut. Il y était, dans l'éternité. A l'insu de tous, il est vrai, mais cela ne l'a pas empêché de rire de bon cœur. Par Zeus, son rire ne sonnait pas moins bien que celui des dieux (...) Il écarquille des yeux encore éblouis par la lumière de l'Olympe (...) Voici venir pourtant... cette jeune fille... si belle ! Impossible, sa place n'est pas ici. Mais, il l'a déjà vue quelque part, pas plus loin que dans son rêve de tout à l'heure : c'est une déesse descendue sur terre pour des raisons mystérieuses et personnelles. Tous autour de lui, la croient venue d'un ailleurs ordinaire. Il est lui, comme d'habitude, le seul à voir au-delà du quotidien. Et comme chaque fois en pareil cas, il éclate de rire. Et comme chaque fois, on le regarde; oh ! sans méchanceté, mais avec gêne et condescendance : c'est le fou du village. Il n'en conçoit jamais d'amertume, lais aujourd'hui, pour la première fois, il connaît la nostalgie. Il se souvient : sur le rire des dieux, nul ne se retourne."     

Certains de mes rêves m'ont déjà engagé des des aventures curieuses : peintures, textes poétiques, nouvelles, chapitres entiers de mon livre sur les Serviteurs d'Horus et l'Atlantide, etc.     

dimanche 8 juillet 2018

COUP DE COEUR MUSICAL : TOM McRAE & THE STANDING BAND - What a way to win a war



J'ai entendu cette chanson sur la dernière pub du parfum Flower de Kenzo. Elle m'a rappelé une musique que j'avais déjà entendu dans la BO d'une série TV mais je n'ai encore pu retrouver laquelle. L'interprétation faite dans la vidéo officielle ci-dessus est un peu plus heurtée que dans mon souvenir. La traduction que j'ai faite des paroles ne me satisfait pas vraiment et sans doute ai-je commis des erreurs. Je serais heureux que mes lecteurs me suggèrent des modifications.   

Tom McRae and the Standing Band – What a way to win a war (Est-ce une façon de gagner une guerre)

My favorite son
Mon fils préféré
Sent to the deep
A été envoyé par le fond
Stones in his shoes
Avec des pierres dans ses chaussures
And hands tied
Et les mains attachées
And sleeping the long sleep
Dormir d’un long sommeil
Stand to my left
Tiens-toi à ma gauche
It's the place of honor
C'est la place d'honneur
Strike the match through times of rain
Gratte une allumette par temps de pluie
Maybe we won't swing
Peut-être qu'on ne va pas basculer
So easy come
Il est tellement facile de venir
So easy go
Tellement facile de partir
We sharpen sticks and we throw stones
Nous aiguisons nos pieux et nous jetons des pierres
What a way to win a war
Est-ce une façon de gagner une guerre
What a way to fight a battle
Une façon de mener une bataille
I've been faithful general
J'ai été fidèle, mon général
But i tire of this cause
Mais je suis fatigué de cette cause
I'm with the beast
Je suis avec la bête
That backs the birds
Qui chasse les oiseaux
Can't pick a side now
Je ne peux pas choisir mon bord maintenant
I'm not sure
Je n’ai aucune certitude
This evidence I've heard
Ce témoignage que j'ai entendu
When i see a love
Quand je vois un amour
That croak it's tune
Ce coassement, on le reconnaît  
There in it's palace
Là dans son palais
I've fought self
J'ai combattu moi-même
That future
Ce futur
So easy come
Si facile à venir
Easy go
Si facile à faire
Pull out te arrow then let go
Retire la flèche puis laisse tomber
What a way to win a war
Est-ce une façon de gagner une guerre
What a way to fight a battle
Est-ce une façon de mener une bataille
I've been faithful general
J'ai été fidèle, mon général
What were we fighting for
Pourquoi nous battons-nous ?
What a way to win a war
Quelle façon de gagner une guerre
What a way to fight a battle
Quelle façon de mener une bataille
I've been faithful , loyal , carefull general please
J'ai été fidèle, loyal, prudent, mon général, s'il vous plaît
What a way to win a war
Est-ce une façon de gagner une guerre

MON COUP DE GUEULE DE LA SEMAINE : Le principe de fraternité consacré par le Conseil Constitutionnel



Photo publiée de la Marche de la fraternité publiée sur France Info le 08/08/2018


Le principe de fraternité consacré par le Conseil Constitutionnel.

« Pour la première fois, le Conseil constitutionnel a consacré la valeur constitutionnelle du « principe de fraternité ». Dans une décision du vendredi 6 juillet 2018, les gardiens de la loi suprême ont donné une force juridique à cette devise républicaine et considéré qu’il en découlait « la liberté d’aider autrui, dans un but humanitaire, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national ».

Au moment où les pays de l’Union européenne (UE) se déchirent sur les questions migratoires, face à la montée des droites dures sur le continent, cette décision constitue indéniablement une victoire importante pour les associations et les personnes qui avaient saisi le Conseil d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) » [Julia Pascal - Le Monde, 7/7/2018]

Je salue bien entendu cette décision, en réponse à une question prioritaire de constitutionnalité de Cédric Herrou, oléiculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), venu en aide, depuis 2015, à plus de 250 migrants venus d’Italie, persécuté par la justice française pour ce qu’on appelle depuis le « délit de solidarité », une notion qui n’existe pas dans le droit français (et pour cause !) La décision du Conseil Constitutionnel du 6 juillet 2018 est certes une grande victoire pour les défenseurs des libertés publiques et des principes de notre Constitution mais cela n’enlève rien à la colère et à la tristesse que l’on peut ressentir devant les dérives successives des politiques d’immigration qui s’accentuent, après une brève période d’accalmie lors de l’arrivée de la gauche au pouvoir à partir de 1981, depuis le retour des gouvernements de droite, sans exonérer – loin de là – la désastreuse présidence Hollande. Mais il est regrettable que l’on doive ainsi rappeler en 2018 des principes reconnus comme devise de la République française depuis le 17 février 1848 et inscrits au fronton de nos édifices publics depuis le 14 juillet 1880. 

Depuis ses origines, la France s’est bâtie sur l’immigration (et elle ne fut pas toujours aussi pacifique que de nos jours, rappelons seulement que les Francs dont les Français tirent leur nom et dont est issu Charlemagne, étaient des envahisseurs « barbares » venus de Germanie !) Inutile aussi, je suppose, de parler des différentes « vagues » venues d’Italie, de Pologne, d’Arménie, d’Espagne et, après l’abandon des colonies françaises, d’Asie, du Maghreb, d’Afrique, etc. Tous se sont fondus, avec plus ou moins de difficultés et de bonheur, dans la nation française. Et, malgré l’absurde racisme qui entache les faits divers chaque jour, à quel esprit rétrograde viendrait l’idée de reprocher à Isabelle Adjani, Romy Schneider, Coluche,  Yves Montand, Aznavour, Chopin, Picasso, Marie Curie, Dalida, Albert Schweitzer  – voire à Manuel Valls, Michel Poniatowski ou … Nicolas Sarkozy – leurs « origines étrangères » !!! Ces populations, ces cultures, ont enrichi la France et en ont fait ce qu’elle est, comme c’est aussi le cas, n’en déplaise à ce sinistre pantin qu’est Donald Trump, les Etats-Unis d’Amérique, terre majeure d’immigration s’il en est.     

Je suis néanmoins ravi que ce gouvernement qui démontre chaque jour un peu plus son inhumanité ait pris, selon l'expression du Canard enchaîné "un bon coup sur le bec" de la part de la plus haute autorité juridique de France. 

Pour ce post, mes références sont nombreuses. A part l'article cité du Monde, l'annonce de la décision du Conseil Constitutionnel a été commentée par de nombreux medias, tant en France qu'à l'étranger. Je me suis aussi référé à plusieurs articles de Wikipedia que je ne peux tous citer ici. 

mercredi 4 juillet 2018

COUP DE COEUR MUSICAL : Story of an Artist by Daniel Johnston



J'ai entendu cette chanson pour la 1ère fois sur une publicité pour les ordinateurs Mac. J'ai immédiatement été interpellé par son côté décalé, empreint de nostalgie, comme si l'on écoutait un vieux 33 tours qui a longtemps servi. J'ai pu identifier le nom de l'artiste (Daniel Johnston) et le titre de la chanson (Story of an artist) grâce au site Musique de pub  que je recommande à tous ceux qui cherchent à nommer une musique illustrant une publicité (certaines sont surprenantes et souvent formidables!)

J'ai aussi trouvé les paroles sur un autre excellent site, La Coccinelle grâce auquel j'ai déjà eu recours. La traduction est par contre de moi. 

Daniel Johnston - Story of an artist 

Listen up and I'll tell a story
Ecoutez, je vais vous raconter une histoire
About an artist growing old
Au sujet d’un artiste vieillissant
Some would try for fame and glory
Quelques-uns essayent d’atteindre la renommée et la gloire
Others aren't so bold
D'autres n’ont pas cette ambition

Everyone, and friends and family
Tout le monde, les amis et la famille
Saying, "Hey ! Get a job ! "
Diront " Allez, trouve-toi un job ! "
"Why do you only do that only ?
" Pourquoi ne fais-tu que ça ?
Why are you so odd ?
Pourquoi es-tu si bizarre ?
We don't really like what you do.
On n'aime pas vraiment ce que tu fais.
We don't think anyone ever will.
On ne croit pas que quelqu’un aimera un jour.
It's a problem that you have,
C'est un problème que tu as,
And this problem's made you ill. "
Et ce problème te rend malade. "

Listen up and I'll tell a story
Ecoutez, je vais vous raconter une histoire
About an artist growing old
Au sujet d'un artiste vieillissant
Some would try for fame and glory
Quelques-uns essayent d’atteindre la renommée et la gloire
Others aren't so bold
D'autres n’ont pas cette ambition

The artist walks alone
L'artiste marche seul
Someone says behind his back,
Quelqu'un dit derrière son dos,
"He's got his gall to call himself that !
" Il est en colère qu’on lui dise cela !
He doesn't even know where he's at ! "
Il ne sait même pas où il habite ! "
The artist walks among the flowers
L'artiste marche au milieu des fleurs
Appreciating the sun
Appréciant le soleil
He does this all his waking hours
Il fait cela pendant toutes ses heures de veille
But is it really so wrong ?
Mais a-t-il vraiment si tort ?

They sit in front of their TV
Eux, ils s'assoient devant leur télé
Saying, "Hey ! This is fun ! "
Disant " Hey ! Qu’est-ce qu’on se marre ! "
And they laugh at the artist
Et ils se moquent de l'artiste
Saying, "He doesn't know how to have fun. "
Iks disent " Il ne sait pas s’amuser "
The best things in life are truly free
Les meilleures choses dans la vie sont vraiment gratuites
Singing birds and laughing bees
Les oiseaux qui chantent et les abeilles rieuses
"You've got me wrong", says he.
" Tu m'as bien eu ", dit-il.
"The sun don't shine in your TV"
" Le soleil ne brille pas dans ta télé "

Listen up and I'll tell a story
Ecoutez, je vais vous raconter une histoire
About an artist growing old
Au sujet d’un artiste vieillissant
Some would try for fame and glory
Quelques-uns essayent d’atteindre la renommée et la gloire
Others aren't so bold
D'autres ne sont pas aussi ambitieux

Everyone, and friends and family
Tout le monde, les amis et la famille
Saying, "Hey ! Get a job ! "
Diront " Allez, trouve-toi un job ! "
"Why do you only do that only ?
" Pourquoi ne fais-tu que ça ?
Why are you so odd ?
Pourquoi es-tu si bizarre ?
We don't really like what you do.
On n'aime pas vraiment ce que tu fais.
We don't think anyone ever will.
On ne croit pas que quelqu’un aimera un jour.
It's a problem that you have,
C'est un problème que tu as,
And this problem's made you ill. "
Et ce problème te rend malade. "

Listen up and I'll tell a story
Ecoutez, je vais vous raconter une histoire
About an artist growing old
Au sujet d'un artiste vieillissant
Some would try for fame and glory
Quelques-uns essayent d’atteindre la renommée et la gloire
Others aren't so bold
D'autres n’ont pas cette ambition

Je me rends compte que j'avais déjà parlé de cet artiste à propos d'une autre chanson, intitulée True love will find you in the end, en novembre 2016.  

vendredi 8 juin 2018

COUP DE COEUR MUSICAL : HER "WE CHOOSE"



Her est un duo musical français. Formé en 2015 à Rennes, il était composé de Simon Carpentier (décédé d’un cancer en 2017 à l’âge de 17 ans) et de Victor Solf. Le nom du groupe, qui signifie « Elle » en anglais, a été choisi par ses deux membres pour représenter la cause des femmes et du féminisme.

Histoire

Après avoir passé une année scolaire aux États-Unis, Simon Carpentier rencontre Victor Solf, revenu d'Allemagne, au lycée Émile-Zola de Rennes où ils créent leurs premiers morceaux à seize ans. Ils entrent plus tard au conservatoire pour apprendre la musique classique qui les aidera dans la composition et les harmonies de leurs titres. Pendant six ans, ils sont membres du groupe d'électro pop rennais The Popopopops, fondé en 2007, avec lequel ils font deux EP, suivi d'un album intitulé Swell et de plusieurs concerts.

Le premier EP du duo « Her Tape #1 » sort en 2016. Leurs premiers singles sont Quite Like et Five Minutes. Le clip vidéo de la chanson Quite Like est réalisé par Raphaël Frydman et produit par Partizan. Il met en scène la beauté et la douceur féminines sous l'apparence d'une jeune femme – le mannequin finlandais Anna Nevala – mimant chaque parole murmurée par le duo.
Le premier album Her sort le 30 mars 2018.

Lyrics/Paroles de We choose (Nous choisissons)

We choose
Nous choisissons
The way we'll be remembered
La façon dont on se souviendra de nous
No you
Non, tu ne
Won't smoke me to embers
Me consummeras pas jusqu’à ce que je devienne cendres

We choose
Nous choisissons
You're not the one guiding
ce n'est pas toi qui décides
No you
Non,
Can't be denying
Tu ne peux le nier

I think I think we could do anything
Je crois, je crois, que nous pouvons réaliser n’importe quoi
Our wings are broken
Nos ailes sont brisées
But we'll keep on gliding
Mais nous continuerons à planer
I think I think we could do anything
Je crois, je crois, que nous pouvons réaliser n’importe quoi
Our wings are broken but we'll keep on gliding
Nos ailes sont brisées mais nous continuerons à planer

We refuse
Nous refusons
To be the one dying
D’être ceux qui meurent
No you
Non,
Can't be denying
Tu ne peux pas le nier

We choose
Nous choisissons
It's time to subside
Il est temps de se rendre
Our muse will never die
Mais notre muse ne mourra jamais

I think I think we could do anything
Je crois, je crois, que nous pouvons réaliser n’importe quoi
Our wings are broken
Nos ailes sont brisées
But we'll keep on gliding
Mais nous continuerons à planer

Cette chanson et ce clip sont un hommage à Simon Carpentier, décédé d’un cancer à l’âge de 27 ans. Première chanson écrite par les deux amis, le texte de « We Choose », fait référence à ce qui, pour le duo, correspond à une amputation. Filmé en noir et blanc et clair-obscur, dans un décor onirique, épuré et grandiose, « We Choose » a été réalisé par Antoine Poulet et Giorgio Martinoli. Les paroles, écrites en 2014, soit deux ans avant le décès de Simon, ont un sens étonnamment prémonitoires qui, rétrospectivement, fait froid dans le dos.

mardi 8 mai 2018

HOMMAGE A MAURANE



Maurane, de son vrai nom Claudine Luypaerts, était née le 12 novembre 1960 à Ixelles. Elle est décédée de cause inconnue à son domicile le 7 mai 2018 à l’âge de 57 ans. Elle avait été révélée dans les années 1980 par son rôle de Marie-Jeanne dans la deuxième version de l’opéra-rock Starmania. Ses titres les plus connus sont Toutes les mamas, Sur un prélude de Bach et Tu es mon autre (en duo avec Lara Fabian).

mercredi 11 avril 2018

HOMMAGE A JACQUES HIGELIN qui vient de nous quitter pour d'autres cieux.



Chanson harmonisée par Jean-Claude Oudot et dirigée par Rosario Pucini au sein de son groupe Choeur régional Ile-de-France en chansons (Créteil-94) mis en ligne sur Youtube le 6 avril 2018, jour du décès de Jacques Higelin à l'âge de 78 ans. Ciao, amigo !


vendredi 16 mars 2018

MUSIQUE : MY SUMMER BEE - Time's Running On




My Summer Bee est un groupe de cinq musiciens français originaire de Caen : Joy Lion (Chant), Nicolas Doré (Chant/Clavier/Guitare), Sébastien Barbey–Salibur (Chant/Clavier), Vincent L'homme (Batterie), Julien Romanet (Basse);

Leur style  électro-pop à l’univers très coloré avec une pop acidulée les a fait choisir pour servir de fond sonore à la publicité des frites McCain 2018. Je n’ai pas réussi pour l’instant à trouver les paroles de cette chanson.

jeudi 15 mars 2018

HOMMAGE A STEPHEN HAWKING




“Peu importe à quel point la vie peut paraître difficile, car vous perdez tout espoir si vous ne pouvez pas rire de vous et de la vie en général.”
Stephen Hawking

Le grand astrophysicien britannique Stephen Hawking est décédé le 14 mars 2018 à Cambridge. Il avait 76 ans. 

Atteint, à l'âge de 21 ans alors qu’il préparait sa thèse de doctorat, d’une maladie neurodégénérative évolutive (sclérose latérale amyotrophique, aussi connue en France sous le nom de maladie de Charcot) qui l’a, progressivement entièrement paralysé, il a poursuivi avec un courage et un acharnement admirable ses recherches dans le domaine de la cosmologie et de la gravité quantique qui l’ont fait comparer à Albert Einstein.

Son principal ouvrage de vulgarisation, publié en 1988 Une brève histoire du temps, est devenu un best-seller mondial vendu à plus de 10 millions d’exemplaires et traduit à ce jour dans 37 langues.  Dans ce livre, Stephen Hawking tente d'expliquer à des non-initiés des phénomènes comme le Big Bang, les trous noirs, les trous de ver (wormholes), le cône de lumière ou la théorie des cordes (string theory).

Un magnifique film biographique lui a été consacré en 2014 en sous le titre : Une merveilleuse histoire du temps (The Theory of Everything). Réalisé par James Marsh, ce film raconte la vie de St. Hawking (incarné par l’acteur britannique Eddie Redmayne) d'après la biographie de sa première épouse, Jane Hawking (incarnée par Felicity Jones). Ce film a valu l'Oscar du meilleur acteur 2015 à Eddie Redmayne pour sa remarquable interprétation du personnage de Stephen Hawking.

vendredi 9 mars 2018

CINEMA : EX-LIBRIS - The New York Public Library



J’ai vu récemment le film ExLibris : The New York Public Library et je voulais vous en parler. Ce film, sorti en 2017 (mais diffusé seulement en 2018), est un documentaire américain réalisé par Frederick Wiseman. Le réalisateur n’est pas un inconnu puisque cet homme de 78 ans a, depuis son premier film en 1964, réalisé plusieurs dizaines de documentaires. Parmi ses œuvres les plus remarquables, on compte des documentaires sur un hôpital psychiatrique (Titicut Follies, 1967), un sur un commissariat de police du Kansas (Law and Order, 1969), sur un grand magasin, un champ de course, Central Park, etc. Ex-libris est son 42ème et dernier film.   

Sans générique, le film s’ouvre abruptement sur une conférence de Richard Dawkins (un philosophe et éthologue britannique), expliquant la puissance de la science face à l’obscurantisme, sur le terreau duquel l’ignorance se nourrit, devant être combattue par la science et la culture. L’orateur expliquera longuement que ce n’est pas l’ignorance le problème, mais d’ignorer celle-ci. 

Le réalisateur pose ensuite sa caméra dans les différents sites (92 en tout) dépendant de la Bibliothèque publique de New York, en commençant par son site historique, fondé en 1911 sur la Cinquième Avenue à Manhattan. Avec près de 53 millions de documents, la New York Public Library est la seconde plus grande bibliothèque publique des États-Unis, derrière la Bibliothèque du Congrès et la 3ème du monde. Le film montre qu’au-delà d’une simple bibliothèque, la NYPL est une grande institution du savoir et la révèle comme un lieu d'apprentissage, d'accueil et d'échange. La bibliothèque de New York incite à la lecture, à l'approfondissement des connaissances et est fortement impliquée auprès de ses lecteurs et participe ainsi à la cohésion sociale des quartiers de New York, cité plurielle et cosmopolite. Lieu de culture et de démocratie, elle accueille également des concerts, des lectures, fait de la formation (rattrapage scolaire, initiation à la lecture, ateliers d’écriture, formation au langage des sourds et des aveugles, etc) et a même une politique d’accueil des SDF. Le tout entièrement gratuit pour les utilisateurs.

Au cours du film, des personnalités culturelles ou scientifiques, la plupart engagées, comme Elvis Costello, Patty Smith, ou des historiens et des universitaires passionnés renforceront ce premier constat d’une rare intelligence. Lors d’une réunion des prestigieux donateurs, on assistera à l’émouvant éloge de la première poétesse noire, dont je n’ai malheureusement pas retenu le nom.   
Ce film est un remède au désespoir qui nous saisit quand on apprend, à chaque jour qui passe, l’une des nouvelles folies de Donald Trump et de son administration. Il nous fait nous rappeler qu’après la France, les Etats-Unis sont le berceau de la démocratie, une grande terre de culture, un lieu où, si vous savez la saisir, la chance de vous en sortir vous est toujours donnée. On ressort de cette projection avec un optimisme renouvelé sur la capacité de l’Amérique à surmonter le goût amer que laisseront les années Trump.

« Je pense que la New York Public Library est bien plus représentative de l’Amérique que Donald Trump. Elle représente la grande tradition démocratique de l’Amérique que Trump aimerait détruire et cet esprit démocratique est constitutif de l’Amérique et représente ce qu’elle a de meilleur ». 


Quel dommage que ce film remarquable, qui nous montre le visage d’une Amérique plurielle, ouverte et démocratique, ait aussi peu et aussi mal été distribué dans notre pays, malgré la notoriété de son réalisateur. On peut cependant comprendre que les distributeurs aient hésité devant sa longueur exceptionnelle (3.15 H) et son thème atypique tout en regrettant cette frilosité qui a privé une majorité de Français d’une réflexion salutaire sur ce qu’est aussi l’Amérique.