"...don't be stuck in the every day reality, allow yourself to dream, have faith in your wildest dreams." [AaRON]

"Ne restez pas scotchés à la réalité quotidenne. Permettez-vous de rêver. Croyez en vos rêves les plus fous..." [AaRON]

mardi 9 mai 2017

LITTERATURE : "EN ATTENDANT BOJANGLES" D'OLIVIER BOURDEAUT


En attendant Bojangles est un roman français d'Olivier Bourdeaut paru le 7 janvier 2016 aux éditions Finitude.

Succès littéraire dès les premières semaines de sa publication, le livre a reçu par la suite de nombreux prix littéraires, dont le Prix France Télévisions, le Grand prix RTL-Lire et le Prix du roman des étudiants France Culture-Télérama.

Résumé

« Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n’y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis. 
Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c’est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C’est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mademoiselle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l’appartement. C’est elle qui n’a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères.
Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l’inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte.
L’amour fou n’a jamais si bien porté son nom.
L’optimisme des comédies de Capra, allié à la fantaisie de L’Écume des jours."

[Présentation de l’éditeur]

Le récit raconte l'histoire d'une famille improbable, un père, une mère un peu folle, et un enfant charmant et intelligent qui fait la fierté de ses parents, vite retiré de l’école. La famille vit une vie de bohème et reçoit beaucoup. Chacun invente des histoires, détourne les formules et les mots. Personne n'ouvre le courrier. Et Mr Bojangles est le morceau de musique fétiche de la mère, dans l'interprétation de Nina Simone. « Mes parents dansaient tout le temps, partout. »
Le roman alterne le récit du fils (ma mère, mon père) et le roman du père (notre fils). Le père n'a ni nom ni prénom, mais une généalogie bizarre. La mère change de prénom chaque jour, ou à chaque page, selon l'humeur du père. Le fils est partagé entre deux mondes incompatibles : « Je mentais à l'endroit chez moi et à l'envers à l'école, c'était compliqué pour moi, mais plus simple pour les autres ».

Les problèmes commencent vraiment quand les impôts viennent réclamer leur dû. Ce qui oblige la famille à vendre son grand appartement. La mère, que l’on croyait jusque-là seulement fantasque, commence à donner des signes de véritable folie. Avec le déménagement, sa folie s’accentue, entrecoupée de moments de lucidité de plus en plus rares. Désormais, elle vacille plus qu’elle ne danse, sur la voix de Nina Simone interprétant en boucle Mr. Bojangles, une histoire aussi triste et désespérée que celle de cette famille perdue qui se perd chaque jour un peu plus dans ses rêves qui virent au cauchemar. L’enfant, lucide, décrit ce naufrage final qui se clôt par le suicide de la mère dont on comprend qu’elle a cédé à sa folie.

Sur l’auteur :

« Retenez bien le nom de cet inconnu: Olivier Bourdeaut. A 35 ans, il sera bientôt fameux et son premier roman va faire un tabac. […] Dans une prose chantante, il fait sourire les larmes et pleurer l’allégresse. Il mérite le succès qui va fondre sur cette fable extravagante et bouleversante. »

Jérôme Garcin, L’Obs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous vous remercions de vos commentaires mais nous vous indiquons que, sur ce blog les commentaires reçus sont automatiquement modérés et que seront systématiquement supprimés tous propos de caractère injurieux, violent, raciste, à caractère sexuel ou attentatoire aux bonnes moeurs. Merci de votre compréhension.